Les injections de toxine botulique

Une alternative pour les hyperhidroses sévères

L'injection de toxique botuliques, un traitement de seconde intentionLes injections de toxine botuliques constituent le traitement de seconde intention pour les cas de transpiration excessive des aisselles, lorsque l’emploi d’un détranspirant ne suffit pas.

Elles peuvent également être proposées en troisième intention pour les cas de transpiration des mains ou de transpiration des pieds ne réagissant pas suffisamment aux détranspirants et à la ionophorèse. Les injections seront dans ce cas faites en contexte hospitalier sous anesthésie loco-régionale, les injections étant particulièrement douloureuses aux extrêmités.

Après avoir déterminé par un test à l’iode les zones qui transpirent le plus, le médecin procède à l’injection de toxine botulique (ou Botox®), par petite touches. La toxine botulique a pour but de bloquer localement les glandes sudoripares et de réduire la sudation.

L’efficacité est perceptible au bout de deux à trois jours, augmente pour atteindre son maximum après un mois, et se maintien pendant 4 à 6 mois. Cette technique est coûteuse, du fait du coût élevé de la toxine botulique et des frais d’honoraires.
Elle est contre-indiquée chez les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes allergiques à l’œuf (il peut y avoir quelques résidus dans la préparation), les patients souffrant d’une maladie neuro-musculaire, ou prenant certains antibiotiques (aminosides…).