Les glandes sudoripares

Les glandes sudoripares

Schema en coupe des glandes sudoriparesLa sueur est sécrétée par les glandes sudoripares (ou glandes sudorales), situées dans le derme. Le volume de sueur produit par notre corps est notamment lié à la concentration des glandes sudoripares.

Il existe deux sortes de glandes sudoripares qui diffèrent par leurs fonctions, leurs localisations et par la composition de la sueur qu’elles excrètent.

 

 

Les glandes eccrines

Les glandes sudoripares eccrines sont de loin les plus nombreuses (environ 3 millions) et se localisent sur presque tout le corps mais surtout sur la paume des mains, sur la plante des pieds et sur le front. Elles jouent un rôle important dans la thermorégulation du corps ou de certains organes et dans la transpiration émotionnelle.

 

Les glandes eccrines peuvent secréter 2 à 3 litres d’eau par heure. Ce débit est proportionnel en fonction de différents facteurs comme l’intensité d’un exercice physique.
La sueur sécrétée par les glandes sudoripares eccrines est naturellement inodore, et principalement composée d’eau additionnée d’un peu de sels minéraux et d’acide lactique.

Leur densité varie d’une région à l’autre :

  • Dos : 64 glandes/cm2 en moyenne
  • Avant-bras : 108 glandes/cm2 en moyenne
  • Front : 181 glandes/cm2 en moyenne
  • Paume des mains et plantes de pieds : 600 à 700 glandes/cm2 en moyenne

Chacune d’elle est une glande simple, tubuleuse et en spirale, arrivant directement à la surface de la peau, dont l’extrémité, le glomérule, se situe dans l’épaisseur du derme ou dans le tissu sous-cutané.

Les glandes apocrines

Les glandes sudoripares apocrines sont localisées dans des zones précises : les aisselles principalement, ainsi que les paupières, le pubis et les parties génitales et mammaires.
L’activité de ces glandes n’est pas thermo-dépendante mais répond surtout aux stimuli psychiques (transpiration émotionnelle) ou à l’excitation sexuelle.

En comparaison des glandes eccrines, leur débit est extrêmement limité, quelques microlitres par jour. La sueur apocrine est épaisse et particulièrement riche en composés lipidiques, en urée et ammoniaque. À cause des bactéries naturellement présentes à la surface de la peau qui les transforment, ces sécrétions occasionnent la typique « odeur de transpiration« .

Les glandes sudoripares apocrines ne s’activent qu’à partir de la puberté, sous l’influence du système hormonal, et sont de ce fait des caractères sexuels secondaires. Elles s’atrophient chez le sujet âgé, d’où une baisse du phénomène de transpiration chez les personnes âgées.

 

Contrairement aux glandes eccrines, les glandes apocrines n’atteignent pas directement la surface de la peau. Elles sont associées à un follicule pilo-sébacé et leur canal excréteur débouche au collet du poil, au dessus de l’ouverture de la glande sébacée.